• EXTRAITS du roman épistolaire "DESTIN"

    EXTRAITS du roman épistolaire "DESTIN" (une femme à la guerre) 

    ALGER 1940

    Extraits :
    "Nous sommes à la veille de la guerre, Marthe vient de terminer avec brio sa formation aux Beaux Arts d’Alger. Sous ses doigts, les grands bouquets de pivoines et d’iris deviennent des tableaux hauts en couleur et égayent les murs de la maison familiale.
    Alice, sa mère est penchée sur son minutieux ouvrage de broderie. Quant à son père il termine un panneau en fer forgé composé de volutes et d’arabesques, dernier élément d’un ensemble destiné aux canaris, cage dorée pour les petits pensionnaires à plumes. Vie calme et sereine, même Chichiton le gros matou blanc repose sur son espace favori, un coussin de velours bleu, sa frimousse au soleil, léchant sa patte pour mieux lisser les poils de ses oreilles, un oeil sur lesdits canaris...
    Mais soudain tout bascule, devant les nouvelles alarmantes du 14 juin 1940 : Les Allemands entrent à Paris. De Londres, le général de Gaulle lance un appel à la résistance. Marthe décide de se mettre au service de la son pays, elle a 21 ans, elle n’hésite pas, elle veut apporter son aide, c’est un tournant décisif dans sa vie.

    page 38

    Jeudi 11 octobre 1943, départ d’Alger

     "Tous bagages bouclés, énervement de l’attente… Enfin notre équipe se retrouve au complet devant les grilles de la transat d’Alger, nous passons sur les quais : le Croiseur école Jeanne d’Arc se silhouette dans le clair de lune, la nuit est calme, l’eau noire a des reflets tremblants et clapote doucement entre les chalands."

     

    EXTRAITS du roman épistolaire "DESTIN" (une femme à la guerre)
    LE PORT DE BASTIA 1943

     

    Décembre 1943 

    "Il pleut, le temps est gris, noyé. Nous prenons la Morris, Marianne et moi allons au cimetière qui offre une vision d’enfer et des dévastations inimaginables, indescriptibles et vaut la peine de croquis documentaires. 

    A midi, je dessinais encore et j’ai laissé repartir Marianne pour continuer, toujours sous la pluie, m’abritant tantôt sous le porche d’un caveau encore debout, tantôt sous un tronc d’arbre…
    Ce spectacle est obsédant, une vision de guerre dans toute son horreur. Tout le grand cimetière est rasé, un champ de tombes et de caveaux démolis, sautés, broyés ...

     

     

    191 Pages dont 75 illustrations 

     format 15x21cm 

     
                                                                                                           EXTRAITS du roman épistolaire "DESTIN" (une femme à la guerre)